La DISIC se met au travail

Jérôme Filippini, le "DSI de l'Etat", Directeur de la DISIC nommé par François Baroin

La Direction Interministérielle des Systèmes d’Information et de Communication (DISIC) a vu le jour en février dernier. Sa mission principale est la rationalisation et la réduction des dépenses de l’Etat en matière de systèmes d’information (l’objectif affiché est 10% de baisse des dépenses annuelles, soit moins 300 millions d’euros).
Pour cela, l’équipe de 20 personnes pilotera des projets de mutualisation entre les ministères et élaborera une stratégie globale pour les systèmes d’information de toutes les administrations. Ce n’est pas qu’au niveau central que la Direction interviendra : elle se chargera également du volet « systèmes d’information » la Réforme de l’Administration Territoriale de l’Etat. Elle s’appuiera sur des services interministériels départementaux des systèmes d’information et de communication, constitués d’ici le 30 juin. Ces derniers auront la délicate tâche de réfléchir aux mutualisations possibles au niveau local, mais aussi d’évaluer les ressources humaines, matérielles et budgétaires nécessaires au projet de réforme, imposant déjà des réductions d’effectifs et de périmètres, selon le magazine Acteurs Publics.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Non classé

Une réponse à “La DISIC se met au travail

  1. Réduire de 10% les dépenses annuelles de l’Etat en matière de SI implique de mutualiser et de rationaliser l’usage des ressources disponibles (internes et externes). Mais pas n’importe comment, sinon le remède risque d’être pire que le mal. Il ne s’agit pas par exemple de réduire les coûts au détriment de la qualité ou des délais sur les services rendus. Il ne s’agit pas non plus de perdre des compétences clés qui connaissent le contexte, et sur lesquelles on a capitalisé pendant des années.
    Il s’agit plutôt de considérer les différents leviers possible d’amélioration et d’instaurer une dynamique de changement au regard de la stratégie envisagée. Par exemple, faire évoluer ou mutualiser les compétences sur les activités stratégiques, maitriser le coût et le prix de revient des services rendus, externaliser les services de support exceptionnels, organiser les stocks, les achats et les approvisionnements, intégrer les architectures techniques pour réduire les sources de non valeurs, etc.
    Réduire les dépenses de façon intelligente pour rendre de meilleurs services implique aussi souvent de considérer les questions d’organisation, de gouvernance, de conduite du changement, et d’alignement stratégique.
    La démarche doit donc être adaptée au contexte et au périmètre de la mission envisagée, prendre en compte l’historique de l’organisation, et les objectifs recherchés.
    Par expérience, les leviers de réduction des dépenses en matière de SI sont importants, mais à la condition de ne pas négliger en amont les étapes du diagnostique opérationnel et de l’analyse stratégique de la situation pour que la mission prenne tout son sens, et soit un succès pour tous.

    Hervé Bigot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s