Philippe Richert : « une loi qui vient clarifier les compétences » et « le pouvoir des élus renforcé »

Invité à la 3e journée des Rencontres des acteurs publics, le Ministre des Collectivités territoriales, Philippe Richert, a évoqué la mise en œuvre de la réforme de ces collectivités. Retrouvez la vidéo de son discours sur le site d’ActeursPublics.com.
Au cours de cette intervention, Philippe Richert a mentionné l’ignorance constatée sur le terrain des citoyens à propos des compétences des collectivités territoriales, citant l’exemple de sa campagne régionale en 2010. Lors de micro-trottoirs dans sa région d’Alsace, « quand 1/10 en savait un peu c’était déjà pas mal » ; en ce qui concerne la différence entre Conseil Général et Conseil Régional, « là c’était carrément impossible ». Une illustration pour lui de la complexification de la situation actuelle, et la preuve du besoin de réforme.
Ainsi, pour lui cette réforme qui est un approfondissement de la décentralisation à l’œuvre depuis 1982 et dont la France a tiré bénéfice, est une amélioration pour la démocratie, le moyen d’être plus efficace, et de mieux faire face dans la compétition entre territoires en cours dans « ce monde en mouvement ».
Les élus locaux, « un demi-million » à l’heure actuelle, « engagés au quotidien avec passion et conviction » seront mieux identifiés comme « courroies de transmission ». Car quand le citoyen ne sait pas qui fait quoi, il peine à contacter les bonnes personnes, selon le Ministre. Instituer le « conseiller territorial », qui dès 2014 sera à la fois conseiller général et conseiller régional est un progrès : cet élu de proximité sera un interlocuteur ancré sur le territoire et plus représentatif. Le citoyen pourra « mieux s’approprier le politique ».
Le cadre de la loi évitera aussi aux collectivités de « se marcher sur les pieds », les domaines de compétences étant clarifiés, d’après lui.
Les communes seront réa-affirmées comme cellule de base et maillon de proximité. Avec le plus du fléchage des élus municipaux dès les élections municipales pour l’intercommunalité, « trop souvent méconnue des concitoyens car démocratiquement invisible ». Au sujet de cette dernière structure, Philippe Richert a rappelé la création des métropoles (de plus de 500 000 habitants) et des pôles métropolitains, qui ont l’originalité de pouvoir être composés d’EPCI séparées (de plus de 300 000 habitants) et qui coopèrent sur des politiques conjointes importantes, comme Strasbourg et Mulhouse sur l’activité aéroportuaire.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s