2013, année du « cloud territorial » ?

Image_2013anneecloudterritorialLe séminaire gouvernemental consacré au numérique qui a eu lieu fin février devrait donner le « top départ » du plan national qui prévoit notamment la couverture intégrale en Très Haut Débit (THD) d’ici dix ans et le passage en tout fibre optique (97%) à 15 ans. Le financement des réseaux publics reposera sur deux outils – des fonds d’épargne de la Caisse des Dépôts et un subventionnement des projets par un fonds de péréquation alimenté par une taxe sur les opérateurs, destinée à remplacer la taxe Copé (300 millions d’euros par an).

Les collectivités  territoriales vont donc avoir à mener un projet complexe et dense. Elles seront  chargées de l’exploitation et de la commercialisation et pourront s’appuyer sur un concessionnaire. Également, comme la réussite du déploiement des RIP (réseaux d’initiative publique) nécessite l’adhésion des  opérateurs majeurs, il n’est pas impossible que ces derniers soient sur-sollicités par des déploiements sur plusieurs territoires et doivent faire des choix stratégiques d’implantation.

Les collectivités territoriales seront au premier rang pour mettre en œuvre des démarches de mutualisation et de mise en commun de ressources dans le cloud, permettant aussi à leurs experts (équipes SI) de se consacrer à leur cœur de métiers. Des projets déjà portés par le CG50 ou Nîmes Métropole sont très prometteurs car le cloud associé à des réseaux très haut débit va forcément permettre le développement du travail collaboratif inter-collectivités, voire des regroupements de ces dernières.

Selon IBM: Entre 2012 et 2015, le pourcentage des entreprises qui auront déployé de manière « significative » des solutions Cloud passera de 13 % à 41 %.  Le CA de l’industrie du Cloud va être multiplié par 6 entre 2011 et 2020.

Source : ORIA – Conseil et Stratégie en Systèmes d’Information

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Les Français résolument « fans » de lecture de la presse sur tablettes

De récentes études montrent la montée en puissance de la tablette dans les foyers français, et notamment pour la lecture de la presse numérique.

© KEYSTONE/Martin Ruetschi

Ainsi, selon la récente étude Touch Media de Carat, 47% des Français ayant une tablette ont téléchargé des applications dédiées à l’actualité (dont 42% d’applis presse) contre 39% pour les possesseurs de smartphones. Pour consulter le format numérique, 54% des possesseurs des différents écrans privilégient la tablette, contre 21% l’ordinateur fixe, 18% l’ordinateur portable, 6% seulement le smartphone et 1% la liseuse.
« Ce bon résultat, font remarquer Bernard Petitjean et Corinne da Costa  du cabinet d’étude Seprem, s’explique par des caractéristiques produit très proches de celles qui font le succès des supports imprimés : la simplicité d’accès, la taille d’écran, la possibilité d’utilisation nomade, le tactile comme amplificateur d’émotion, la qualité esthétique qui profite autant aux marques qu’aux contenus. »

L’étude d’audience One 2011-2012 dévoilée ces jours-ci par AudiPresse révèle qu’au total ce sont plus de 20 millions de Français qui sont lecteurs de presse en numérique, soit 40% de la population de 15 ans et plus ! 18 millions lisent la presse sur Internet (+3,9%) et 7 millions sur les mobiles et les tablettes, qui font un bond de 26%. Or, l’équipement en tablettes explose de manière remarquable: 3,5 millions en sont déjà équipés et 3,4 millions envisagent d’en acquérir une d’ici à un an.

La  tablette ferait lire la presse à ceux qui se sont détournés du papier. Selon Carat, parmi possesseurs qui disposent d’une appli presse, 36% n’étaient pas auparavant lecteurs de la version papier du même titre. De plus, selon Neuro@conso, l’usage de la tablette optimiserait la lecture des titres de presse avec une moyenne de 35 articles lus, contre 18 pour le support imprimé.

Une tendance confirmée le 21 septembre dernier par Erik Izraelewicz, directeur des rédactions du Monde. Ce dernier, soufflant la première bougie de M Le magazine du Monde,  écrivait sur son titre: « Sur l’iPad, M Le magazine, enrichi avec portfolio, vidéos et autres compléments éditoriaux, est devenu l’une des stars dans sa catégorie : l’application a déjà été téléchargée par près de 160 000 internautes. Chaque numéro est consulté sur la tablette d’Apple par plus de 16 000 lecteurs. Un record ! Ce succès s’est accompagné d’une progression spectaculaire et vertueuse de nos recettes publicitaires – multipliées par trois en un an pour le magazine. »

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

L’indispensable de l’élu nomade sur l’iPad

Les élus des collectivités locales et autres institutions sont de plus en plus nombreux à s’équiper de tablettes tactiles. Ce support est en effet un formidable outil de travail en mobilité, qui permet de travailler sur les dossiers transverses, connecté aux médias et Internet, le tout sur un poids plume. Mais quelles sont les applications les plus utiles ? Tour d’horizon de l’indispensable « cartable numérique » des élus …

La base de l’équipement

La Messagerie électronique et l’Agenda sont la base de la communication pour être réactif à tout moment. Citons également le navigateur Safari pour toutes les recherches Internet, très utilisé par les élus dans leurs diverses missions.

Des documents dématérialisés

L’iPad est un vrai « cartable » documentaire. Ainsi, la bibliothèque iBooks rassemble les documents numériques importés depuis Internet, y compris les guides ou ouvrages achetés. De même, la KBox est une application qui reçoit tous les recueils de séance avec valeur probante, de façon classée et pratique, avec des fonctions utiles d’annotations et de partage.

La presse et l’information

L’application Presse Régionale est très bien conçue

Pour une information optimale, les élus optent pour l’application Presse Régionale, Le Monde ou encore la chaîne d’informations BFM TV HD et TuneIn Radio. Quant au Kiosque, il contient sur ses étagères tous les numéros commandés de grands magazines et quotidiens internationaux, du New York Times en passant par Le Point. Enfin, pour certains élus l’actualité rime avec « réseaux sociaux » : quoi de plus simple de gérer son Blog (via Safari ou encore l’appli WordPress) depuis l’iPad ou encore de Twitter .

Un outil complet

On l’a compris, l’iPad permet la convergence des dossiers grâce à de multiples potentialités. En fait, tous les élus qui l’ont testé ne peuvent plus s’en passer, tellement le « plus » est incomparable : « Je pense que c’est un gros avantage pour un élu que d’avoir ce genre d’instrument. Par exemple, avec l’Agenda, je peux marquer mes notes, je peux annuler tel ou tel rendez-vous  je peux me faire un pense-bête et tout cela l’envoyer à mon réseau à la seconde » (M. Raffalli, Vice-Président d’un Conseil général) ; « Un conseiller général est un élu du rural donc un élu éloigné. Et la disponibilité, à travers le Net, des documents sur lesquels on doit travailler, est d’une grande utilité » (M. Orlandi).

Et vous, quelles sont les applications que vous utilisez ?

Poster un commentaire

Classé dans Non classé